Feedback

We've been receiving letters of gratitude from numerous people who have experienced the power of the kasàlà.

It is my pleasure to share a few of them.

Dear J.K.,

I'm coming to you this morning to offer you a word of gratitude.

I'm doing my last doctoral fieldwork workshop this morning. As a last action, I chose to write and offer my fellow participant-researchers kasàlàs, in order to thank and honour them. I wrote those texts using the life stories they shared with us in our circle during our meetings.

I succeeded in finalizing the 4 texts and just before meeting the group, I am all at once filled with infinite emotion, which I feel like offering you. How lucky we've been, to be so generously given such an art ! Thanks to you, to your African heritage and genius, which you were the best mouthpiece for, I was able to find my own voice and path. My own power finds its springboard to join the world. At the same time, my love finds its vessel to join my fellow human being in my intimate immoderation.

 

Thanks to you, I'm now creating my own work, and I was eager to express my deep thanks to you.

With much love !

M.B.

Hi Jean,

I'm anxious to express my deep thanks to you.

These are somewhat special thanks, as we know each other so little. And yet, we know each other so much..., simply as human brother and sister !

 

I chanced upon the kasàlà entitled The Seagul, which you sent me some time ago.

I hadn't read it yet. It was eating the right moment.

That was this morning.

It truck me right in the heart.

I understood.

 

Last week, as an echo of my friend T's kasàlà and of 's en écho au kasala de mon amie Thuy et de la traversée de son accouchement que nous avons vécu ensemble, inspirée par ses mots et par la puissance de l'entendre déposer et assoir ce voyage, j'ai senti que c'était à mon tour de déposer ce que j'ai vécu durant ces 2 dernières années. 

Deux années de tempête et de traversée, qu'il m'a fallu pour arriver un peu plus près de moi, pour apprendre et grandir...

 

J'ai utilisé cet outil, ce précieux kasala que tu as apporté, voyagé, et qui a fait son chemin jusqu'à moi.

Merci pour cela...

Durant 3 jours, j'ai écrit, j'ai pleuré, j'ai ri aussi, et j'ai déposé, tout ce fardeau qui fut lourd. 

C'était le temps, il était mûr pour se détacher de moi et prendre son envol, comme le goéland.

Sortir au grand jour, et être reconnu. Et puis être accueilli.

Ca a été un grand moment de rituel, de l'écrire, retraverser mon histoire, et puis, de le lire, face à 4 amies, qui ont su le recevoir, l'accueillir et m'accueillir.

Je me suis même entendue me raconter cette histoire.

La puissance de cet outil m'a stupéfié.

Après 2 ans de tempête et de vagues, je me suis réveillé dans le calme plat.

Ca a été déposé.

J'ai pu m'en libérer.

Je peux aller vers la suite, en reconnaissant le chemin accompli.

 

Merci de tout coeur, 

Avec gratitude, et Re-Co-Naissance.

 

A.H.

Cher Jean,

 

Cette semaine, j'ai passé mon temps entre ma solitude au repos et les enseignements de Luis Ansa, tu connais?

A travers son oeuvre, je découvre un maître dans l'art de la gratitude!

Et évidemment, il m'a fait pensé à toi! Je découvrais en le lisant des racines de sens profondes à l'expérience de la gratitude et donc du kasàlà. J'avais envie de te partager quelques citations!

 

 

 

« Quand vous prenez la sensation, au début, elle vous procure beaucoup de plaisir, de bien-être, mais malheureusement, elle va très vite se transformer en mécanicité et être récupérée par le plan mental.

C’est pour cette raison que je vous ai conseillé d’ajouter un sentiment. Lorsque vous prenez la sensation, ce sentiment, qu’il soit de gratitude, de reconnaissance ou de tendresse, va la protéger de la partie mécanique et intellectuelle des trois centres (moteur, émotionnel et mental). Vous créez ainsi un système de défense. Lorsque vous aimez la sensation, lorsque vous parlez avec elle – parce que vous pouvez parler avec elle, avoir des dialogues, l’écouter –, vous vous protégez de vous-mêmes. »

 

« Les œuvres composées par Mozart ne sont que la copie lointaine de ce qu’il a entendu. Mais nous ne voulons pas accepter cela, nous voulons le parfait! Mais le parfait n’existe pas. Alors, au lieu d’être tout le temps dans cette exigence de perfection, dans cette rigueur, dans ce despotisme vis-à-vis de moi-même et de l’autre, je me suis mis à faire comme Don Diego, je me suis mis à apprendre l’usage de la gratitude. »

 

« J’ai souvent demandé aux chamans que j’ai rencontrés pour quelle raison ils semblaient aussi heureux. Écoutez bien! Ils m’ont donné cette réponse : « Parce que nous vivons dans un état permanent de gratitude envers la vie. » (…) Ensuite, je ne vais pas râler parce que je veux être encore plus heureux! Que faut-il de plus? Mais on veut toujours plus, toujours plus! »

 

 

C'est beau non!!!

La gratitude pour se protéger de soi-même et pour laisser libre cours aux sensations!

La gratitude pour faire fi de nos tendances au perfectionnisme!

La gratitude pour faire fi de nos tendance à vouloir toujours plus!!!!

Finalement, la gratitude comme un puissant allié contre nos monstres intérieurs!

 

Au plaisir de te revoir bientôt!

J.G.

© 2018 by KASÀLACTION - New Paths & Tools                        Powered by Wix.com

Tel. : +1 418 730 4602 - kabuta@kasala.ca - 115, av. Rouleau, Rimouski, QC, G5L 5S7, Canada

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus